Qu’est-ce qui est omniprésent dans la communication et dont on ne parle jamais ou presque ? La rédac. Depuis des années, l’image domine la profession. Pourtant, des milliers de passionnés œuvrent dans l’ombre. Méconnus, non reconnus, ils produisent les identités, les campagnes, les contenus qui font vivre les marques et notre belle langue française. Pour les présenter, les accompagner et récompenser leur travail, nous créons la République des Rédacs.
 Rredacs Illustrations Declaration Delacroix

Le choc des photos,
le non-poids des mots

La vie est injuste. La publicité et la communication penchent en faveur des DA. On connaît le Club des DA. Le D&AD. Même publicité en anglais, ça se dit ad. Le standard des festivals, c’est une image et un logo. Peu sur les mots. Les mots, ça se traduit mal. Les mots, ça ne prend rien à Cannes. Rédac ? C’est le créa qui ne touche pas aux images, c’est ça ?

Des rédacs invisibles et la rédac
omniprésente. Logique ?

Le paradoxe, c’est que l’époque réclame des mots. Chaque année voit fleurir des marques et des signatures splendides, des accroches à pleurer, des body comme des poèmes, des voix off incroyables, des spots radio qui vous aimantent, de l’édition magnifiquement rédigée. On trouve carrément de la rédac on pack dans nos supermarchés. Mieux, avec l’avènement du digital, le discours revient. Des noms de domaine se remarquent. Des campagnes en ligne racontent des histoires. Des sites inventent leur écriture. Et toutes ces lignes de textes, ces qui sommes-nous, ces domaines d’activités, ces philosophies qui s’étalent sur des clics et des clics. C’est beau.

Le 1er club annuaire
magazine école grand prix consacré
à la rédac et à ceux qui la font

Voilà pourquoi nous déclarons la République des Rédacs constituée. Pour pouvoir enfin écrire sur tous ces mots. Sur ceux qui les font. Sur la façon de les faire. Pour permettre aux rédacs de se montrer. Et à leurs agences ou annonceurs de les trouver. Pour leur donner des conseils, des outils. Pour inventer une façon de les former. Et enfin pour les récompenser. Bref, pour devenir le lieu de référence d’un monde haletant, ignoré trop souvent : le monde des rédacs.

P.-S. : La guéguerre avec les DA, c’est pour rire. Nous adorons les images. Nous travaillons même avec des DA. Pire, on les aime.